article sans dates

Tu n’es pas si méchant

Tu me mets dehors
Je te suis encore
Je suis toujours d’accord avec toi
Tu me parles mal
Tu trouves ça normal
Tu ris des autres et tu ris de moi

Mes amies t’irritent
Toutes des parasites
Qui ne cherchent qu’à m’éloigner de toi
Tu dis d’toute façon
Pas besoin des cons
On se suffit amplement toi et moi

Et pourtant je t’aime
C’est un grand dilemme
La colère est ton moyen d’expression
Tu n’penses pas à mal
Pour toi c’est normal
Finalement tu n’es pas si méchant

Souvent tu t’énerves
Tu veux que je crève
Et puis soudain tu me prends dans tes bras
Enfin on s’enlace
Alors tu te lasses
Et puis tu vas fouetter d’autres chats

Parfois tu m’enfermes
Quelques heures à peine
Tu dis toujours que tu le fais pour moi
Pour que je comprenne
À quel point tu m’aimes
Je comprends bien mais
Ouvre-moi !

Et pourtant je t’aime
C’est un grand dilemme
Tu as souffert quand tu étais enfant
Tu n’penses pas à mal
Pour toi c’est normal
Finalement tu n’es pas si méchant

C’est sûr quand tu frappes
Ça laisse des marques
Je ne sais pas quoi dire aux voisins
Eux se scandalisent
« Il te martyrise ! »
Oui mais je t’aime
Et je n’y peux rien

Je sais bien qu’un jour
Tous tes beaux discours
Ne me feront plus aucun effet
Je serais rebelle
Sans pitié, cruelle
Et puis c’est sûr, je te quitterai

Pour l’instant je t’aime
C’est un grand dilemme
Et je me répète en m’endormant
Tu n’penses pas à mal
Pour toi c’est normal
Finalement tu n’es pas si méchant

Tu n’penses pas à mal
Pour toi c’est normal
Finalement tu n’es pas si méchant

©Jeanne Rochette